Bilan : Échange universitaire au Japon

bilan échange meidai nupace

Cet échange universitaire au Japon a été une excellente expérience, probablement l’une des meilleures années de ma vie, qui m’a permis de me faire des souvenirs inoubliables. Quel est le bilan de mon année universitaire au Japon ?

De belles rencontres

La première chose que je retiens c’est les rencontres que j’ai faites, de belles rencontres avec des personnes venant de différents horizons. Parmi les étudiants d’échange qui ont partagé cette aventure avec moi, il y avait des américains, des australiens, des anglais, des vietnamiens, des indonésiens, des thaïlandais, des coréens, des taïwanais, des chinois, des allemands, des italiens, des moldaves ou des suédois. Tous étant venus avec des objectifs différents.

De ces autres étudiants, je m’en suis fait des amis. Il y a des amoureux du chocolat, des bons vivants, des bourreaux du travail, des artistes ou de futurs avocats. Certains sont grognons, d’autres toujours souriants. Je n’ai pas seulement appris le japonais mais aussi des chansons ou même gros mots en allemand, italien, suédois ou coréen. En plus de la nourriture japonaise, j’ai gouté à des spécialités coréenne, thaïlandaise, indonésienne, italienne et suédoise. Bien sûr, je n’ai pas manqué de faire découvrir la Chartreuse, alcool de la région grenobloise, à tout ce petit monde.

Être étudiant d’échange permet aussi de découvrir à travers les petites choses du quotidien la culture et les pays des autres personnes qui partagent cette aventure avec nous.

La découverte d’un pays, d’une région du monde

Bien sûr, cette expérience m’a permis de découvrir le Japon, ses paysages, sa culture et de faire de superbes voyages. J’ai visité le Japon du nord au sud, de Hokkaido à Okinawa et j’ai même grimpé le Mont-Fuji. J’ai pu essayer un véritable kimono grâce à un ami japonais, visiter une fabrique de céramique tenue par la grand-mère d’un autre, assister à une messe d’une religion entre shintoïsme et christianisme dans la maison d’une autre amie, ou encore apprendre à confectionner des nouilles japonaises. J’ai aussi profité de cette occasion pour me rendre dans d’autres pays d’Asie comme le Vietnam et la Corée du Sud.

Les progrès en Japonais

Aussi, l’un de mes objectifs en partant était bien sûr de faire des progrès en japonais. Après plusieurs année d’un apprentissage plutôt laborieux du japonais j’ai enfin pu faire de réels progrès. Maintenant, je peux parler à mes profs en japonais, parler à mes amis, suivre plus ou moins des séries et les programmes télé – quoi que la télé c’est plus difficile tellement ils parlent vite. Parfois j’écoute des chansons en japonais – que j’écoute depuis pourtant des années – je reconnais certaines paroles et je comprends enfin le sens de la chanson. Mais surtout surtout, l’objectif ultime à l’heure de Pokemon Go : je peux jouer à Pokemon en japonais sur ma Nintendo DS (elle aussi japonaise).

Bon d’un point de vue plus objectif j’ai réussi le JLPT N3 qui atteste justement de mon niveau intermédiaire en japonais. Maintenant en route pour le niveau 2.

S’ouvrir l’esprit

Partir seul, pour une longue période dans un pays dont la culture est aux antipodes de la notre est un choc en soi. Parfois on se sent seul et l’odeur du bon pain frais nous manque. Même si on est bien entouré, comme lorsqu’on vit dans une résidence étudiante par exemple, on peut se sentir seul. Une fois seul avec soi-même il ne reste plus qu’à réfléchir, relativiser, se motiver soi-même.

Mais le fait d’être livré à soi-même ne peut que nous amener à être plus autonome. Le fait d’être constamment confronté aux différences culturelles change notre façon d’aborder les problèmes et notre façon de penser. En fait, on apprend à s’adapter. On ne peut plus ne se fier qu’à notre propre système de valeur, on doit apprendre à voir aussi les choses selon le point de vue local .

J’ai appris beaucoup sur moi, mon caractère, mes défauts mais surtout mes qualités. J’ai pris confiance en moi et cela m’a donné l’envie de me fixer encore plus de défis.

Finalement partir en échange ce n’est pas seulement partir à la découverte d’un pays, c’est aussi partir à la découverte de soi-même et du monde. Bon voyage.

bilan échange au japon En route pour de nouvelles aventures

0 Comments
Previous Post
Next Post